.

Dominique Steiler - Grenoble Ecole de Management

« Cette pandémie n’est pas une guerre… mais un test pour notre humanité »

La paix économique tout comme les questions de stress ou de bien-être au travail sont des approches qu’il faut envisager au long court, surtout et avant tout en dehors et en amont des situations de crise – c’est tout bonnement ce que l’on appelle une démarche de prévention ! Eclairage avec Dominique Steiler, titulaire de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail.

 

En cette situation de crise que nous vivions, j’entends les cyniques évoquer un manque de « fonctionnalité » de ces approches si au moment critique elles ne sont pas efficaces. C’est ailleurs que le problème se tient.

En situation de crise, c’est-à-dire dans les moments ou insatisfactions, perte, menace ou danger sont présents notre système a cette force de mobiliser toute son énergie pour faire face au stress qui se présente. C’est sa force ! Sa limite est que si les stratégies développées au fil des ans ne sont pas adaptées, j’aurais beau avoir toutes les bonnes intentions du monde, toutes les connaissances du monde, ce sont les automatismes qui prendront le dessus et ma réponse sera insatisfaisante.

Paix économique. Un certificat pour éclairer les relations au travail

Paix économique. Un certificat pour éclairer les relations au travail

Rompre avec un modèle de management pyramidal, contre-productif, et libérer l’initiative individuelle et collective au travail, telle est l’ambition de la Chaire de recherche Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail, depuis sa création par Grenoble Ecole de Management, en 2012.


« Les entreprises, avec lesquelles nous collaborons, sont convaincues par les questions soulevées au sein de la chaire. Mais leurs interrogations portent sur la manière de former des managers capables « d’embarquer » les équipes dans une transformation durable, support de performance, » relève Dominique Steiler, titulaire de la Chaire de recherche. D’où la création d’un Certificat « Manager la transformation », en mars à GEM, destiné à tous les managers, quels que soient la taille et le domaine d’activité des organisations.

Rester chez soi et rompre avec l’individualisme ambiant

Rester chez soi et rompre avec l’individualisme ambiant

Alors qu’on pourrait s’attendre, avec le confinement, à une montée de l’individualisme, on observe au contraire une capacité à développer de nouvelles façons d’être en présence d’autrui.

Le confinement menace les besoins fondamentaux humains que le psychologue Abraham Maslow compte pour sa part au nombre de cinq : physiologiques, de sécurité, d’appartenance sociale, d’estime de soi et d’accomplissement.

Ces besoins seraient organisés sous forme de pyramide avec l’idée que les besoins physiologiques doivent être assouvis en premier lieu, puis viennent ceux associés au sentiment de sécurité, et se terminent par les besoins d’accomplissement.

Dans ce cadre, on peut comprendre les réactions parfois vives des individus cherchant à faire des réserves de nourriture à tout prix, puisque le danger lié à l’épidémie fait peser un risque potentiellement vital sur chacun, sentiment de risque encore augmenté avec le confinement et l’entrave à la liberté de circuler.

Halte à la sursollicitation numérique

[Ressource] Halte à la sur-sollicitation numérique ! Oui mais, comment ?

« Je me sens submergé par trop d’informations et trop de systèmes de communication en parallèle. J’ai un comportement automatique dans la consultation et l’envoi des mails. L’excès de connexion a des impacts sur ma santé… Je privilégie l’urgence. Je ne prends pas assez de recul… ».

 

Cet article publié en 2018 est plus que jamais d'actualité. Le questionnaire et le guide des bonnes pratiques peuvent aider nombre d'entre nous à prendre du recul, car si le numérique nous permet de nourrir notre besoin de lien social, il peut aussi nous envahir. Telle est la mise en garde lancée par Caroline Cuny, membre de la chaire et docteur en psychologie cognitive et professeur de marketing à Grenoble Ecole de Management. Cette dernière a pointé les méfaits objectifs sur la cognition de la sur-sollicitation numérique et relève, aussi, tout l’enjeu qu’il y a à reprendre en main sa relation au numérique. C’est ce que vous propose le questionnaire d’Agnès Muir-Poulle, membre de la chaire et directrice de la revue Envies de Changer#2 à la page 36.

Télécharger le guide "Halte à la sursollicitation numérique" de la chaire Talents de la Transformation Digitale de Grenoble Ecole de Management.

Ls trophées de la Paix économique 2019

« Une fois la crise passée, il nous faudra refonder notre société sur de nouvelles bases ! »

Demain ne doit plus être pareil – il nous faut faire valoir la vie dans le monde du travail et de l’économie ! Une réflexion sous forme de tribune par Dominique Steiler

 

« La Der des Der », « Jamais, plus jamais », à chaque grande crise on se surprend en plein élan de transformation, on se gonfle de nos engagements pour un avenir meilleur… et quelque temps après seulement… tout redevient identique, nos vieilles habitudes reprennent le dessus.

Je me souviens de la crise de 2008 et de tous les fantasmes qu’elle a générée sur ce que serait la vie d’après…

Le jour d’après le Covid-19, le jour d’après la crise économique qu’il est déjà entrain de provoquer, nous devrons être capable de maintenir cet élan de transformation, radical sur certains points, si vraiment nous voulons une autre vie, si vraiment nous voulons échapper à une catastrophe plus grande encore, une véritable guerre celle-là !

 

 

bandeau partenaires site 1240x100px 


 

GEM logo newbaseline CCi noir

CONTACT

contact

Manon Pacheco
Chargée de projet communication
Tél.: +33/4 76 70 64 65

SUIVEZ-NOUS

  linkedin DomSteiler 60x60pxTwitter 60x60px
  Youtube 60x60px

ABONNEMENT NEWSLETTER

newsletter

TELECHARGER LA PLAQUETTE

plaquette